[cinéma] Du vent dans mes mollets

Lorsque mon ami cinéphile m’a fortement recommandée d’aller voir ce film, je me suis bien demandée de quoi il s’agissait, car pour être honnête je n’avais absolument pas entendu parler de cette production française au nom un peu loufoque « Du vent dans mes mollets ».


C’est donc après avoir lu ce résumé de quelques lignes que j’ai décidé, dimanche en fin d’après-midi de m’accorder une petite séance de cinéma en solitaire, et que j’ai suivi son conseil :

« Prise en sandwich entre des parents qui la gavent d’amour et de boulettes, Rachel, 9 ans, compte les minutes qui la séparent de la liberté. Jusqu’au jour où son chemin croise celui de l’intrépide Valérie. Ensemble, elles jettent un sacré pavé dans la mare et réveillent bien des âmes endormies. »

C’est donc sans trop savoir dans quoi je mettais les pieds que je me suis retrouvée transportée dans un univers proche de celui de mon enfance, celui des années 80, vécu par une petite fille de 9 ans.
Cette petite fille, Rachel (Juliette Gombert), nous rappelle tout ce qu’on a vécu et ressenti à son âge, loin des images stéréotypées qu’on se plait à nous rappeler depuis toujours. En effet on a beau être un enfant, on a pourtant certains problèmes qui peuvent prendre de sacrées proportions… par exemple ceux de la cours de récréation, de la liberté que nos parents nous ont confisquée à notre sens ou encore ce rapport à la mort qui est bien différent de ceux qu’ont les adultes.
Toutes ces choses, qui défilent sur l’écran m’ont données le sourire, m’ont émues et m’on fait pleurer. Car Rachel a beau être une belle petite fille, sa vie se construit autours de « ses petites angoisses »…

Ce film, réalisé par Carine Tardieu, est un magnifique film français, comme nous n’en voyons pas si souvent. Oui car ne nous mentons pas, le cinéma Français n’est pas ce qu’on fait de plus subtil et de réussi ces derniers temps.

De plus, la petite Juliette Gombert, mais également Anna Lemarchand qui joue le rôle de Valérie, transpercent l’écran et ne se font pas du tout éclipser par Agnès Jaoui, Denis Podalydès ou encore Isabelle Carré !

 

Voici la bande annonce qui, je l’espère, vous donnera envie d’aller au cinéma voir ce film.