Trouver une colocation sur Paris juin18

mots clés

Partagez !

Trouver une colocation sur Paris

Alors voilà, je suis en train de vivre une séparation difficile.
Non ce n’est pas avec un mec, mais il s’agit de ma coloc’ !

Cet évènement plus que marquant dans ma vie méritait d’être mis à l’honneur dans un billet !
[ Et il permet aussi de justifier un petit manque d’activité sur ce blog… et bien oui… les cartons et ce qui va avec ont eu raison de moi depuis plusieurs semaines… ! ]

Il y’a trois ans, alors que j’habitais sur Paris depuis plus d’un an, recroquevillée dans un 18m2, au fin fond d’une résidence étudiante du 18ème, nous avons décidé avec Ju#2 de nous mettre en colocation sur Paris.
Et bien oui, quitte à payer un appartement cher, autant qu’il soit grand !

Jamais nous n’aurions pensé que cette colocation sur Paris prendrait cette tournure, et qu’il serait si difficile de se séparer.
Alors je ne vais pas vous raconter comment notre cohabitation s’est transformée en une vraie famille, comment notre complicité et notre affection mutuelle a pris une place importante dans nos vies, loin de nos racines.
Comment nous appréhendons la séparation (oui par-ce-que ce sera un océan qui nous séparera… pas facile pour les soirées sushis/séries/potins), mais je vais plutôt vous venter les mérites d’une bonne colocation sur Paris, loin des clichés où les gens se critiquent mutuellement, se font des crasses et sautent de joie dés qu’ils peuvent ENFIN prendre leur indépendance.

La colocation c’est avant tout un moyen de se recréer un univers proche du cocon familial.
Lorsque l’on rentre le soir, le fait de savoir que vous allez avoir quelqu’un à qui raconter votre journée, votre dernière blague ou partager une bière rappelle le coté communauté familiale dans lequel nous avons tous pour la plus part grandi.
La solitude étant un des grands fléaux cachés, de mon point de vue, de la société que l’on a construite ces dernières années, vivre à plusieurs est pour moi un véritable moyen de partager et vivre sa vie de jeunes adultes en plus coloré, tout en améliorant son lieu de vie et en faisant des économies !

Une colocation sur Paris, où ailleurs, ça peut changer une vie.
Bien sur, dans certain cas, cela peut virer aux cauchemars, mais ça peut aussi rendre la vie plus rose.


#1 • Colocation à 2, 3 ou 4 ?

colocation sur Paris

Je pense que c’est une question essentielle à se poser lorsque naît l’envie de se mettre en colocation. En effet, lorsque l’on décide de vivre à deux, la relation n’est pas la même que lorsqu’on partage un appartement à plusieurs. L’engagement n’est pas le même. A deux, la relation peut vite virer à la fusion ou au contraire à la dispute, sans médiateur faisant tampon. C’est un « face to face » permanent. A plusieurs, on a un effet de groupe. On a moins à « subir » les défauts qui se répercutent sur le groupe, et plus uniquement sur une seule personne. Attention toutefois, car les colocations à nombre élevé sont souvent festives et beaucoup moins calmes.
The Poule Touch: Tout dépend de votre état d’esprit et aussi de votre âge je pense. Les colocations à plusieurs conviennent à un rythme de vie flexible, il ne faut pas avoir peur d’avoir des « invités surprises » régulièrement, de la musique qui résonne et de faire de nouvelles rencontres. Ce type de colocation est idéale pour des jeunes adultes, arrivant dans une nouvelle ville, souhaitant rencontrer de nouvelles personnes, et surtout étant très sociables. La colocation a deux s’adresse plutôt à des personnes se connaissant déjà et ayant eu le désir de partager un bout de chemin ensemble.



#2 • Se mettre en coloc avec son ou sa meilleur(e) ami(e), bonne ou mauvaise idée ?

colocation sur Paris

On a tendance a se dire que choisir un ami de longue date, quelqu’un avec qui on a un passé, une vraie histoire, ça va faciliter la vie a deux. Mais je pense, de ce que j’ai pu observer autour de moi, que cela peut vite être une erreur. Pourquoi ? Parce que justement, votre histoire est déjà écrite. Vous avez lié une vraie amitié autour des bases qui ne sont pas celles de la cohabitation. Vous allez donc beaucoup plus attendre l’un de l’autre, et prendre à cœur votre colocation, mais pas forcément de la même façon. Cela peut très bien fonctionner, mais cela peut aussi noircir votre amitié…

The Poule Touch: Installez vous avec une personne que vous connaissez, avec qui vous vous entendez bien, avec qui vous avez une complicité, mais avec qui l’histoire reste à écrire. Pour ma part, ma coloc et moi étions copines depuis 3 ans, mais notre vraie amitié on l’a construite autour de notre cohabitation, et je sais que cette amitié là est plus réelle et solide que je ne l’aurais cru. Friend for ever. And ever, ever !


#3 • Avoir un rythme de vie commun !

colocation sur Paris width=

Ce qui peut vite faire virer au cauchemar une colocation, c’est la vie en décalé et le manque de partage. La cohabitation est ainsi réduite au partage d’un appartement, au rationnement des courses, à l’organisation du ménage… alors que cela peut-être tellement plus.

The Poule Touch: J’aurais tendance à dire qu’il est important d’habiter avec quelqu’un qui partage le même rythme de vie que vous. Si vous êtes un fêtard, que vos nuits de sommeil commencent à 5H du mat 5 jours sur 7, que pour vous les repas sont accessoires et se prennent sur le pouce, sur un coin de table basse,


essayez de ne pas vous coller à une meuf qui se couche à 21H, fait des nuits de 9H minimum et pour qui le bio est la base d’une alimentation parfaite. Ca risquerait en effet de tourner au cauchemar ! Ce qui pour moi a rendu ma dernière colocation parfaite, c’était justement le fait que nous partagions beaucoup de choses que ce soit des soirées séries, des balades dans Paris, des brunchs ensoleillés aux terrasses de notre quartier, ou des soirées endiablées mélangeant nos amis respectifs. Le PARTAGE en somme.


#4 • Avoir une approche des dépenses similaire

colocation sur Paris

En colocation, il y a plusieurs façons de gérer les courses. On peut faire du chacun pour soi, et être totalement indépendant financièrement, et éviter de se confronter à des problèmes de dépenses, mais on peut aussi décider de vivre le truc plus à fond, et de partager les courses. Cela signifie donc que les repas doivent être pris en commun. Encore une fois, c’est en fonction du rythme de chacun que le rythme de vie de la coloc’ se met en place. Mais si une personne très proche de son budget, comptant la moindre dépense d’eau ou d’électricité cohabite avec une personne plutôt laxiste de ce coté là, n’aimant pas se priver et compter, cela risque de faire des flammes.

The Poule Touch: Il est important de fixer ces règles dès le début, avant même de commencer la colocation. Partager un appartement, c’est partager des frais chaque mois. Et les questions d’argent peuvent être des véritables sources de conflit, il ne faut donc pas hésiter à parler ouvertement du mode de fonctionnement financier, des règles de consommation d’énergie etc… L’important c’est de se dire les choses avant pour éviter les mauvaises surprises, et de continuer à communiquer après pour éviter les conflits qui explosent.


#5• Faire un essai de courte durée avant ?

colocation sur Paris

Ma mère m’a toujours dit qu’avant de vivre avec quelqu’un, il fallait partir en vacances avec, car c’était très révélateur de la compatibilité caractérielle. Et bien j’aurai tendance à dire que ce conseil s’applique aussi bien à la vie de couple, qu’à la coloc’ !

The Poule Touch: Alors bien sûr, lorsque vous postulez pour une colocation avec plusieurs personnes, que vous connaissez peu ou pas, il est difficile de demander une période d’essai, ou de proposer un week-end.

Mais j’aurai tendance à recommander un temps d’adaptation : quelques soirées « entre coloc » avant d’emménager, mais aussi des « soirées pump-it-up » pour connaître l’ambiance globale de la coloc’. Pour les colocations à deux, il est plus facile de tenter la période d’essai sur un week-end, à la plage, au camping, en road trip, où bon vous plaira… Ca vous permettra de vous rendre compte si vos quotidiens, bien qu’étant amis, sont compatibles…


De notre coté avant la colocation sur Paris nous avions testé un an et demi de « presque cohabitation » en résidence étudiante et 6 mois à bosser dans la même boite… alors on avait une vague idée positive de ce que ça pouvait donner… et ça n’a pas loupé !

Je recommande à tout le monde de vivre un jour cette expérience de la vie à plusieurs, on apprend beaucoup sur soi et sur sa façon de vivre en communauté. On grandit et on évolue à côtoyer et partager des gens différents.

Spéciale dédicace à toi, la petite bouclette derrière ton écran, mon amie qui me manque déjà. #ohcestbeau
colocation sur Paris

Ca t’a plu? Alors Like & Share !

Share