Tant qu’on ne choisit pas, tout reste possible. déc15

mots clés

Partagez !

Tant qu’on ne choisit pas, tout reste possible.

Dans la vie on a souvent peur de “passer à coté”. 
Mais à coté de quoi ? De la bonne personne ? Du bon boulot ? De l’expérience qui changera notre vie ? Du temps qui passe?

 

Et si tout cela était une question de timing? Si tout cela dépendait de ce paramètre que nous ne pouvions maitriser, relatif au temps, à la façon dont les choses arrivent, et aux décisions des personnes qui nous entourent? Je n’irais pas jusqu’à dire le hasard, ni le destin, mais vous comprenez l’idée.

 


Si ma mère n’était pas sortie ce soir là, elle n’aurait pas rencontré mon père, et je ne serais pas moi.
Si je n’avais pas habitée telle rue il y a 4 ans nous n’aurions peut-être jamais été amies.
Si … si…. si…

Notre vie est composée d’évènements qui se succèdent, et qui ont des incidents sur la suite.

Alors forcement là vous vous demandez bien où je veux en venir avec cette histoire de temps et de choix. Et bien j’y arrive…

De plus en plus, l’être humain veut dépasser ses limites, que ce soit par ses performances physiques ou intellectuelles.

Et si aujourd’hui, le secret pour se dépasser c’était de maitriser le temps ? Avoir la capacité de maitriser les événements qui arrivent, et savoir lesquels provoquer ou éviter pour arriver au but que l’on s’est fixé.
Mais on arrive ainsi à la notion d’égoïsme.
Aller là où on a décidé d’aller, en tant que personne indépendante.

Se pose ainsi la question de l’épanouissement personnel versus l’épanouissement collectif.

Le « JE » face au « NOUS »

La société dans laquelle nous évoluons est basée sur l‘égocentrisme. Comment évoluer au sein de celle-ci pour arriver à un épanouissent personnel qui me convient ?
On va préférer économiser des centaines d’euros pour se payer des vacances qui nous permettront de nous enrichir personnellement, plutôt que de donner 20 euros à une personne que l’on croise tous les jours devant notre porte, et qui est à la rue, seule et affamée. Cela parait normal à la plupart d’entre nous « Après tout je me lève tous les matins pour bosser, je mérite ce que j’ai, lui je ne le connais pas »
Mais encore une fois, si les choses s’étaient déroulées avec 10 minutes d’intervalles à un moment T de l’histoire, peut-être que les rôles seraient inversés, et la vision personnelle serait complément différente pour chacun d’entre nous.

Le développement personnel est important, c’est ce qui permet l’épanouissement, que ce soit sur un plan professionnel, familial ou encore amoureux.

Mais, je fais le constat aujourd’hui, que cette obsession d’atteindre les objectifs personnels que l’on s’est fixés, sans prendre le risque d’en dévier et de s’en fixer des différents, est triste.

Évoluer dans un climat collectif positif favorise l’épanouissement personnel, que ce soit dans un cercle proche, ou bien à l’échelle de la société.

Alors ce post n’apporte rien, pas plus de réponse ou d’analyse, mais j’avais cette envie de vous faire part de ce constat qui aujourd’hui me chagrine.

Seul, nous ne sommes rien.
Sans aventures  en tant que « nous”, notre vie ne rime à rien.
Sans expériences, bonnes ou mauvaises, notre esprit ne s’enrichit pas.
Sans prendre le risque du temps qui passe, notre existence serait bien triste.

S’épanouir pour apprendre à se connaitre en tant que personne individuelle n’est intéressant selon moi que pour apporter une valeur positive à un épanouissement collectif sur une durée éphémère ou non…

Pour terminer ce texte faisant référence au temps, aux décisions que l’on prend en tant qu’individus, et sur l’influence que cela peut avoir sur notre vie, je vous invite à voir ce film, que j’ai tout simplement adoré : Mister Nobody. Il fait directement référence à ce sujet et le traite à travers la superposition des vies d’une seule et même personne, à travers les choix qu’elle a réalisé ou que d’autres on fait pour elle.

Tu as aimé ?
Share